Messi Ambroise : « Elle a su capter le public »

Le chanteur émérite du Bitkusi a été le coach de Karine Amy au tour préliminaire de la région Centre-Sud et Est. Il revient sur les atouts qui ont permis à la Mützig Star 2010 de remporter la vingtième édition du Mützig Star organisé par les Brasserie du Cameroun.

Comment avez-vous réagit lors de la victoire de Karine Amy ?


Je n’étais pas surpris. J’étais sûr d’elle parce qu’en musique, c’est difficile de voir ce qu’elle fait à son âge. Il fallait être un diable pour lui refuser cette victoire. Je n’étais pas trop surpris, je voulais seulement qu’elle ait le moral jusqu’au bout.

Selon vous, qu’elle est l’atout majeur qui a permis à Karine Amy d’arriver jusqu’au bout ?

Etant professionnel, il fallait tout simplement la mettre en confiance pour lui faire comprendre qu’elle est la meilleure et lui rappeler ça tout le temps. Il fallait également essayer de modifier sa façon de se conduire sur scène, c'est-à-dire la mettre en bonne humeur, et essayer de corriger sa façon de chanter.

Avez-vous noté une nette progression entre le moment où elle vous a quitté, au terme de la phase des préliminaires et la finale de la compétition ?

Disons que tout le travail a été fait ici. Et là-bas ce n’était qu’une répétition, il n’y a pas eu une modification dans sa musique. C’est moi qui choisissais les titres qu’elle devait interpréter. Et, je savais que comme « Esingang » (Titre du morceau du Feu Zanzibar que Karine Amy a interprété lors de la finale de Mützig Star,)a un solo parlé et qu’elle maîtrise ce morceau, elle allait épater les gens et elle allait vraiment gagner. Vous voyez qu’elle est douée, il faut seulement qu’on s’y mette pour qu’elle fasse un bon album.

On remarque qu’elle est souvent timide et parfois frêle. Pensez-vous qu’elle est assez mature pour embrasser une carrière professionnelle ?

Elle est même trop mature, c’est la compétition. La compétition était rude parce que les autres candidats n’ont pas démérité, c’était de très bon chanteur. Même à partir de l’étape du Centre ce n’était pas facile pour elle. Elle n’est pas sortie première partout. Je crois qu’elle était première à deux étapes seulement.  Aux autres étapes, elle a occupé la deuxième et même troisième. Donc, elle est murement préparée, mais la compétition était rude parce que les Camerounais chantent de plus en plus bien. Avec l’environnement culturel, vous voyez qu’il n’y a que les  Brasseries qui pensent à faire un mouvement pour les jeunes. Je pense qu’elle est mûre. Vous avez vu à « Jambo » (Une émission télé sur Canal 2 International), elle est nettement plus mûre dans les interviews que les artistes confirmés.

Est-ce que le fait qu’elle sache jouer à un instrument, la guitare notamment, n’a pas été un élément qui l’a démarqué des autres candidats ?

Il y a eu ça, mais également sa prestation scénique et ses compositions. Elle a su capter le public. Elle lutte contre les violences faites aux femmes. Imaginez que mille femmes soient dans la salle ! Je crois qu’elle a réussit son affaire (rires). Elle chante dans la gamme, il faut que les gens cessent des polémiques. Un bon chanteur est celui qui chante dans la gamme et non hors gamme. Elle n’a jamais chanté hors gamme. Il lui manquait tout simplement les techniques de chant que j’ai apporté. Elle est au grand complet, c’est pour cela qu’elle a été première incontestablement. Je pense que c’est un cadeau qui mérite beaucoup d’encouragements. On va l’encadrer, les gens seront peut-être surpris qu’elle sorte quelque chose de mieux que lorsqu’elle présentait le concours. Trop de choses se disent sans savoir qu’elle est d’abord douée. Son père l’a initié dès le bas âge à la guitare et au chant. C’est une fille qui travaille depuis l’âge de 5 ans. Imaginez qu’elle fait ce que les grands guitaristes n’ont jamais fait avec la guitare. Autre chose, les plus grands instrumentistes forcément n’ont jamais été de bons chanteurs. Manu Dibango c’est un bon saxophoniste, il n’est pas bon chanteur mais il est le plus grand musicien Africain. C’est un exemple et il y a beaucoup d’autres comme ça. Donc, quand tu maitrises déjà l’instrument, tu chantes un peu bien à 50%, tu es mieux que tout le monde.

Revenons un peux à la soirée de la finale. On a remarqué que Karine Amy accordait sa guitare sur scène. Qu’est ce qui s’est passé ?

Il y a le guitariste d’Ekambi Brillant (coach chargé de la prestation scénique des candidats) qui a prit sa guitare aux vestiaires pour jouer. Mais après elle étéait complètement déréglée. Comme je l’avais préparé à l’avance, lui disant que quand on est déjà en compétition on ne recule plus. Si cest déréglé, tu règles sur place, en parlant avec le public. Elle a exécuté les consignes, mais la guitare était déjà déréglée alors qu’elle  l'avait  réglé en partant. Le makossa et le Bitkusi n’ayant pas le même réglage de guitare, surement le guitariste d’Ekambi en jouant sous un air Makossa l’a désaccordé. Et, Karine Amy était obligée d’accorder sa guitare tout en jouant. Ça aussi c’est très professionnel. Je crois que si moi j’étais membre du jury, c’est là où j’allais la noter.

Karine Amy peut-elle compter sur l’encadrement des modèles comme vous dans cette voie qu’elle a choisi ?

On est à sa disposition. Chaque fois qu’elle aura besoin de nous, on sera là. Nous voulons faire d’elle une autre icône de la musique Camerounaise, parce qu’il en manque de plus en plus. Si nous en vieillissant on peut laisser des enfants qui restent maintenir le flambeau de la musique camerounaise, on partira fièrs.

Un dernier mot à l’endroit de Karine Amy ?

Ma fille, garde ton calme tu n’es pas encore arrivée, ne prend pas la grosse tête, soit soumise, respecte tout le monde. Et, je souhaite que tu puisses mener ta carrière avec beaucoup de sagesse et d’intelligence.



La joie déborde à l’Avenue Germaine

Les nombreux consommateurs se sont donné rendez-vous autour de la Mützig ce vendredi 03 décembre au lieu dit « Pepe Bar » au carrefour Avenue Germaine à Yaoundé. Comme à chaque animation des Brasseries du Cameroun, ce sont les consommateurs qui sont « en haut ». Et lorsqu’on y ajoute une bonne brochette d’artistes de renom, c’est le comble de la joie.

Le public du carrefour Avenue Germaine ne s’est pas ennuyé ce vendredi. Il avait même tous les droits. Celui de monter sur le podium embrasser l’artiste programmé, celui de danser sans réserve sous les projecteurs et devant les caméras et autres appareils photos brandis par les hommes de médias et autres curieux, celui de consommer et repartir avec de nombreux lots offerts gracieusement pas les animateurs SABC.

Les artistes programmés ont joué le jeu et ont par la même occasion testé leur côte de popularité. A ce jeu, le véritable vainqueur n’était autre que le public car, vivre en live gratuit un spectacle regroupant à la fois Mathématique de Petit Pays, Prince Afo Akom, Messi Ambroisse, Le Doux Marcelin, Charmant M, Bisso Solo, seuls les Brasseries du Cameroun peuvent le faire.

Ils accompagnent Karine Amy

De nombreux artistes ont répondu présent ce 03 décembre 2010 à PEPE Bar au « carrefour Avenue Germaine » pour accompagner Karine Amy. Bisso Solo, Charmant M, Le Doux Marcelin, Mathématique de Petit Pays, Prince Afo Akom, Ambroise Messi, sont venu tenir par la main celle que l’on présente déjà comme la relève du Bikutsi.

Leur présence a été marquée par des prestations qui ont mis le public présent en extase. Le « code Pin ! Tu insères et tu valides » de Charmant M s’est transformé en « La Yaris ! Tu insères, et tu valides ». Le « Yayi Décembre » de Bisso Solo a été repris en chœur tandis que Messi Ambroise et le public dénonçaient les « Faux amis ».

Le Doux Marcellin, dans un pas de danse qui rappelle le « kwassa kwassa » Congolais n’est pas passé inaperçu. Prince Afo Akom s’est mué en griot et a retracé les 20 années de parcours du concours National de la Chanson devenu Mützig Star. Avant eux, les candidats de la région Centre-Sud et Est ont tenu a rendre hommage à Karine Amy qui les a  honorablement représenté. Adamou Kakiko, Aladin, Gusty et Claudy Love ont chanté à l’honneur de la nouvelle star. La soirée s’est achevée tard dans la nuit, après que le public ait apprécié l’élue du jour, dans une reprise presque parfaite de l’artiste Zanzibar.

Le show de Karine Amy

C’est ce vendredi 03 décembre 2010 que le vainqueur de  Mützig Star 2010 a reçu officiellement son lot. Karine Amy, vainqueur de la 20ème édition Mützig Star avait arraché de haute lutte son titre le 19 novembre dernier lors de la grande finale de la compétition à Douala. Elle avait ainsi surclassé trois autres candidats : Patrick Bekar (2ème), Sheno (3ème) et Dany Muna (4ème). Ces excellents chanteurs n’avaient pourtant pas démérité. Mais, la belle et ravissante Karine Amy, avec ce doigté dont elle seule a le secret, avait su manier sa guitare et convaincre les membres du jury et toute l’assistance. Au terme d’une soirée émouvante, la jeune fille, avait reçu des mains du Directeur Général des Brasseries du Cameroun, Mr André SIAKA, la clé d’une Toyota Yaris flambante neuve. Ce jour, les faits traduisaient donc cet acte.

C’est à 22 heures que Karine Amy a fait son apparition sur le podium et a tiré sa révérence à l’assistance avant de prendre place à la table d’honneur, près du Directeur  Régional des Ventes du Centre. Au bout d’une soirée arrosée de belles mélodies des artistes invités, c’est en compagnie du doyen de la compétition Prince Afo Akom, que Karine Amy a pris place à bord de son véhicule. Explosion de joie chez les membres de sa famille, expression d’une fierté légitime.

Karine Amy reçoit sa Yaris

Ils sont venus de tous les coins de la capitale pour voir et toucher du doigt Karine Amy. Au-delà des nombreux lots remportés, la jeune fille de 20 ans fait l’objet de curiosité. Sa jeunesse, mais surtout son talent rendent pantois de nombreux mélomanes et professionnels de la musique. « Elle fait ce que de nombreux guitaristes n’ont pas encore réussi à faire » déclare Messi Ambroise.

En la voyant à la télé, beaucoup n’y croyaient pas. « Je l’ai vu à la télé, et j’ai décidé de venir voir de mes propres yeux. Cette fille m’étonne » déclare une dame qui a gardé la main sur la joue, signe d’étonnement.  Après avoir interprété le titre « Nyon » (Les pleurs) qui lui  a permis de se hisser au sommet de la compétition Mützig Star, elle a fait vibrer le public avec une reprise de Zanzibar. Pour ce faire, elle a invité le groupe African Queen Girls à la rejoindre sur le podium. Les quatre membres du groupe ont majestueusement interprété le plus grand guitariste camerounais. Et, Karine Amy a confirmé tout le bien que l’on pense d’elle. Une belle carrière s’annonce pour ce nouveau défenseur des violences conjugales dont sont victimes les femmes dans les foyers.