Mützig Star : les artistes électrisent la finale

C’est un panel de musiciens aux talents mémorables et à l’animation vivace qui a encore doré le blason musical et artistique de la finale de Mützig Star ce samedi.

Fin produit de Mützig Star, le vainqueur de l’édition 2011 a encore marqué de son empreinte la finale de Mützig Star 2012 ! Fenjy ayant débuté le show, a donné le ton aux prestations artistiques de la soirée. Acclamé, il a cédé le podium à l’artiste Dina Michou qui, ovationné par le public venu nombreux, l’a plongé dans une mouvance d’un Makossa dont lui seul connait le secret.

Par la suite, le King du Rnb camerounais et auteur du célèbre opus « je ne donne pas le lait » a fait vaciller les amoureux de la bière qui chante dans un show endiablé qui a connu son apothéose lorsqu’il a interprété son nouveau single «  African Mamy ».

Dans le même élan, Karyn Beyala (lauréate de ce même concours en 2010) a dynamisé le plateau par sa prestation et son talent de guitariste. Elle a déclenché une fois encore des frissons qui ont replongé le public à l’époque de Zanzibar.

Stypak Samo a mis la clé sous le paillasson en interprétant un remix de son titre « Shi Me Mi » avec une rappeuse surprise qui a mis tout le monde okay de par son flow méga rapide. Paroles reprises en chœur, pas de danses esquissés, les spectateurs ont usé de tous leurs talents pour vibrer au rythme des prestations artistiques de leurs vedettes.


Un jury de qualité pour la finale nationale

Pour la finale de l’édition 2012, les Brasseries du Cameroun au travers de la marque Mützig, s’est offert un panel de personnalités d’exception comme membres du jury.

Les membres du jury avaient la lourde tâche de noter les finalistes lle nationale 2012 à Douala. L'artiste de renom Nkotti François qui présidait ce jury, était accompagné de Suzanne Kalla Lobe, journaliste émérite ; de Liliane de Massok, organisatrice évènementiel et de Chinois Yangeu, communicateur et organisateur évènementiel qu'on ne présente plus.

Ensemble, ils ont pu apprécier les talents des finalistes et ont participer avec le public venu nombreux  La Joie de Vivre du Cameroun.

 

 

Sylvain Ngondi : « Le bilan est largement satisfaisant »

Brand Manager de la marque Mützig aux Brasseries du Cameroun, il dresse le bilan de Mützigstar 2012

Quel bilan peut-on faire de Mûtzigstar 2012 ?

Un bilan positif. Après tout, quand on démarre une aventure telle que celle de Mützigstar, on se dit, à l’arrivée, il faut un vainqueur. Aujourd’hui, on a le vainqueur, on peut déjà dire que c’est largement positif. Maintenant, vous savez qu’au fil des ans, on améliore sans cesse. Effectivement, aux sortir de cette édition 2012, toutes les innovations qu’on a pu faire, ont eu un écho très positif. Donc, doublement, je peux dire que ce bilan a été satisfaisant.

Il faut dire que ça n’a pas été facile de départager les candidats du début jusqu’à la fin. Est-ce que vous ne pensez pas que les jurys que vous avez sélectionnés du début à la fin ont eu du pain sur la planche ?

Effectivement. Tout le monde ici, à l’unanimité reconnait que le niveau était très haut, les candidats se valaient presque. Il allait donc de soi qu’avec les candidats qui avaient un niveau pratiquement égal, le jury ne peut avoir que du pain sur la planche, les difficultés  à pouvoir départager. Mais comme vous le savez, il faut dans toute compétition, un vainqueur, ce qui ne veut pas dire que les autres ont démérité. C’est l’occasion pour moi ici de réitérer le fait que tous les finalistes, en dehors du vainqueur ont la possibilité de revenir. Ce n’était pas le cas des années précédentes. Pourquoi ? Parce qu’on se dit, c’est des gars très talentueux. Ne pas leur donner cette possibilité de revenir, c’est un peu tuer leur talent, leur génie. Ils doivent revenir pour que, s’ils n’ont pas eu la possibilité de gagner cette année, pourquoi pas l’année prochaine, ça pourra être leur chance.

Ça fait plusieurs mois pratiquement que vous viviez au quotidien avec ces finalistes, est-ce que ça a été facile de les manager ?

Ils étaient huit au départ. Vous avez huit personnes et c’est chacun qui vient avec un caractère et une mentalité totalement différents. Mais, je pense que c’était de notre responsabilité de pouvoir les canaliser, de leur faire comprendre que le plus important c’était l’objectif que chacun d’eux rêvait d’atteindre. A savoir, gagner. Je pense qu’en un mois et demi, on a pu canaliser et puis, tout s’est passé sans véritablement de problème.

On connait le vainqueur de cette année qui est bien entendu Emmanuel Kimbi, quelles sont les actions que les Brasseries du Cameroun entendent mener avec ce dernier dans les prochains jours ?

Déjà à l’immédiat, vous avez vu qu’il a reçu sa voiture, à l’immédiat, il a eu un trophée, à l’immédiat, il a eu une somme d’un million de Francs mise à sa disposition. Donc, on lui laisse le temps de faire la fête avec sa famille et ses amis. On a mis à sa disposition des casiers de Mützig pour qu’il fasse la fête bien sûr. Maintenant, ce qui reste, c’est la production de  l’album et vous savez que ça, c’est un peu délicat du fait qu’il faut pouvoir trouver le bon arrangeur, le bon manager. Nous, vendons de la bière, nous n’avons pas de studio d’enregistrement. Il est important qu’il nous emmène quelqu’un qui pourra prendre en charge sa carrière. Et lorsqu’il aura trouvé, nous mettrons de l’argent à sa disposition. Très souvent, c’est durant le mois qui suit  pour qu’il enregistre l’album et puis on met encore de l’argent à sa disposition pour faire la promotion. Donc, disons qu’en l’espace de six mois, le gars pourra rentrer en possession de tout ce que la bière Mützig lui a promis. Mais encore, je dis, il a eu déjà la voiture, il a eu le million, il a eu des casiers de bière pour la fête, l’album viendra lorsque lui, il sera prêt.

Est-ce qu’on peut avoir une idée des innovations qui pourront entrer en jeu l’année prochaine ?

Avant de parler innovation pour l’année prochaine, je pense qu’il faut d’abord faire un bilan de l’édition qui vient de s’achever. Il y aura un débriefing, et après on verra quelle (s) innovation(s), il faudra qu’on mette en place l’année prochaine. Mais déjà, je puis dire que nous prenons en compte les avis de tous nos consommateurs et de tous nos fans par le biais justement de la page facebook Mützig Cameroun et également du site www.mutzigstar.com. Donc, on prend en compte tout cela pour pouvoir améliorer sans cesse.

Un mot à l’endroit du vainqueur et plus largement des consommateurs de Mützig ?

Aux consommateurs, je leur dis, sans eux, on ne peut pas faire Mützigstar. Je préfère commencer par eux pour leur dire de toujours continuer à consommer la qualité et d’être fidèle à la marque Mützig et c’est lorsqu’ils seront toujours fidèles qu’on pourra organiser des évènements de cette envergure. Maintenant, à l’endroit du vainqueur, ce que je peux lui dire, c’est que c’est maintenant que le véritable travail commence. C’est maintenant qu’il entre dans ce que je peux appeler le professionnalisme. Parce qu’avant, c’était des amateurs, c’était des artistes qui n’avaient pas d’album sur le marché. Donc, sa carrière démarre. Il va de soi que pour une carrière qui démarre, ce sera très difficile. Mais, le connaissant, il ne va pas abdiquer. Je le connais, il ne va pas baisser les bras. J’ai confiance en lui. Au départ, ils étaient des milliers à s’inscrire. Si lui, il est arrivé, ça veut dire qu’il a du talent. Donc, j’ai confiance en lui.

La finale de Mützig Star 2012 enflamme le public de Saint-Michel !

C’est un public en émoi qui a inondé l’esplanade du club UBG ce samedi lors de la finale nationale de Mützig Star Edition 2012.

Réceptifs, concernés et très réactifs par rapport aux diverses prestations scéniques, les consommateurs de la bière ont eu le choix entre les artistes invités, les finalistes de l’édition 2012 et l’orchestre des Brasseries du Cameroun (la Brass Fusion Band). De Fenjy, vainqueur de Mützig Star édition 2011 à Dina Michou dont les paroles de la chanson étaient reprises en cœur et Duc-Z avec son nouvel opus ‘’African Mamy’’ qui a endiablé les spectatrices en passant par Karyn Beyala qui a fait danser les amoureux de la bière qui chante, tout était au rendez-vous pour un spectacle sensationnel. Stypak Samo a ajouté de la frénésie dans cette ambiance en fredonnant un remix de son titre « Shi Me Mi » !

Excité, chacun y allait de son pronostic en désignant personnellement le candidat de son choix. C’est un public enchanté qui a félicité le vainqueur et apprécié la compétition organisée par les Brasseries du Cameroun au travers de la marque révélatrice de stars. Exit ainsi  L’édition 2012 de Mutzig Star ! Rendez-vous est donc pris pour 2013 pour plus de joie de vivre du Cam.

Vainqueur 2012 : Kimanuel

Le représentant de la Région du Sud-Ouest a pris le dessus samedi sur ses trois concurrents au terme d’une finale époustouflante.

 

C’est Emmanuel Kimbi, alias Kimanuel qui a décroché samedi dernier, 15 décembre 2012 la victoire lors de la grande finale du concours national de la chanson, Mützig Star 2012 qui s’est tenue au club UBG de Douala. Avec sa chanson patriotique intitulée « Cameroon Na Hélélé » dans laquelle il invite les camerounais à être toujours prompts à servir leur patrie, le représentant du Sud-Ouest qui était à sa quatrième participation, a réussi à convaincre le jury présidé par le célèbre Nkotti François et composé entre autres de Suzanne Kala Lobe, Liliane de Massock, Chinois Yangueu. Il a devancé ses concurrents Ghislain Dimaï (2e), Aaron Mbi (3e) et Dynastie le Tigre (4e).

 

Kimanuel remporte donc, comme promis par les Brasseries du Cameroun, organisatrices de cet évènement, le véhicule de marque Hyundai Accent d’une valeur de 11 millions de Francs Cfa, une somme de 1 million de Francs Cfa et la production et la promotion de l’album du désormais chanteur. Ses malheureux concurrents ne sont pas, eux aussi, rentrés les mains vides. Les Brasseries du Cameroun ont remis respectivement 400 000 Francs à Dynastie le Tigre (4e), 500 000 Francs Cfa à Aaron Mbi (3e) et 750 000 Francs Cfa à Ghislain Dimaï, classé deuxième à l’issue de la  finale.

 

Pourtant, la compétition a été rude au cours de cette finale. Donnant toute l’énergie et la furie qu’ils recelaient dans leur ventre, les candidats ont rivalisé d’astuces et de charisme pour s’offrir la place convoitée. Le public venu très nombreux au club UBG, après avoir vu les candidats prester, avait vite compris que la tâche n’allait pas être facile pour les membres du jury qui ont dû fouiller dans les petits détails pour départager les concurrents. Les malheureux finalistes ont la possibilité de retenter leur chance l’année prochaine.