Un parterre de lauréats pour encenser Loum

Le plateau pourvu par la marque Mützig a mis en valeur les talents de vainqueurs et lauréats du concours Mützig Star, le 10 octobre 2014.

C’est d’abord le natif de Loum, Joe La Conscience qui a ouvert le bal. Avec un titre très remarqué tel que « Cours Pénale dite Internationale », il a surtout été l’éveilleur de conscience de la soirée. Ayant remercié la marque pour son soutien à l’art musical camerounais, le lauréat de 2004 a surtout encourager ses jeunes camarades. 

Guizo l’Amour, un autre lauréat de 2007 a eu la particularité d’ambiancer le public avec une de ses chansons baptisée « Laissez Guizo toucher ». L’handicapé visuel qui chante l’amour a provoqué l’extase avec ses mimiques et ses paroles très… chaudes. Le public le lui a vivement rendu au travers de leurs acclamations.

Dina Michou, vainqueur de l’édition de 2005, a comme à son habitude, rendu hommage à Eboa Lotin en reprenant certains de ses titres avant d’enchaîner son répertoire personnel. L’émotion était de mise. La foule a pris d'assaut le podium pour trémousser avec le chanteur et l'orchestre. S’en est suivi Aaron Mbi, vainqueur de l’édition 2013 qui avec son titre « Na mi a fan’ am » a comblé le public de bénédiction, car même les cieux se sont mêlés à la fête pour… booster l’ambiance.

 


Joe La Conscience : « Certains sont pratiquement complets » 

Lauréat à l’édition de 2004 et membre du jury à l’étape de Loum 2014, l’artiste qui compte déjà 7 albums très engagés dans son répertoire discographique donne son point de vue par rapport aux candidats qui ont rivalisé de talent pour ravir les premières places du podium.

De manière générale, comment avez-vous apprécié la prestation des candidats ?

Le meilleur pour moi a été le dernier candidat à avoir presté (Manojo [MÜT 2]). A sa suite (comme au classement final), le deuxième c’est celui qui a chanté « le monde a changé » (Jean-Didier [MÜT 4]). Pour moi, ces deux-là ont amplement été méritants.

Loum n’a été que la première étape des caravanes ; qu’est-ce qu’il leur faudra faire pour s’améliorer pour la suite ?

Certains sont pratiquement complets, de mon point de vue. Il y en a qui ont une bonne prestation scénique mais pas une présence d’esprit. Ça veut dire qu’ils jouent et présentent bien la chanson mais après l’avoir entendue, je suis resté sur ma faim. C’est à un certain moment qu’ils ont retrouvé la scène. D’autres par contre ont un message à forte sensibilité. Il y en a un qui a fait du makossa (Manojo) et vous savez que je suis porteur d’un combat pour l’assainissement des mœurs musicales ; donc positivement, ces deux genres-là représentent pour moi une certaine éthique qu’on ne retrouve plus aujourd’hui. Je pense que quand on écoute le bikutsi de Jean-Didier, ça donne envie. Il nous rappelle les Mbarga Soukouss, les Têtes Brulées tandis que Manojo nous rappelle d’une certaine façon Ndedi Dibango. Cette éthique dont ils sont porteurs, c’est rythmique, c’est mélodieux, c’est super.

 

Manojo séduit à Loum

Il a décroché la première place l’étape avec la moyenne de 12 après son makossa savamment esquissé qui a ravi unanimement le grand public.

Si ça a été la grande surprise du 10 octobre, pour le candidat Manojo [MÜT 2] et ses fans, ça a été un très bon signe. 1er à l’étape des caravanes de Loum avec une moyenne de 12, les fans ont réalisé à quel point leur soutien lui aura été bénéfique. Pancartes, drapeaux et tracts à l’appui, ils ont carrément fait le tour de la place des fêtes de Loum pendant qu’il prestait, afin de l’acclamer et l'encourager. 

Le jury (constitué de Njohreur Tiger ; Dynastie Le Tigre ; Joe La Conscience ; Sylvain Ngondi et de Dynamie Esso), visiblement a été séduit par le titre « Hypocrisie » du candidat du Centre. Ses rivaux directs à savoir Jean-Didier [MÜT 4] avec son titre « Le monde à l’envers » et Ajame [MÜT 3], chanteur de « Mister Hypocrite » ont ravi respectivement la deuxième et troisième place avec 11,6 et 10,09 de moyenne générale.

Le reste du podium a été graduellement constitué de T-Son [MÜT 5] (10,2) ; de Melchi [MÜT 7] (10,2) ; de Damien Blue [MÜT 6] (9) ; d’Oscar Molongo [MÜT 1] (8,6) et enfin de La Guehoad [MÜT 8] (7,8). 

Les trois premiers du podium se sont vu remettre des prix spéciaux pour récompenser leurs efforts ; une innovation prévue en 2014.

 

Dynastie Le Tigre : « les gars ont du talent brut »

Lauréat à l’édition de 2012 et membre du jury à l’étape de Loum 2014, l’auteur du tube à succès « Wokolooo », a donné son point de vue par rapport aux candidats en lice pour la finale 2014.

Ce soir, membre du jury, quelles remarques principales avez-vous pu retenir de la prestation des huit compétiteurs de cette édition ?

En ce qui concerne le talent, en toute vérité, les gars ont du talent. C’est qu’on appelle du talent brut. On peut s’estimer heureux d’avoir été poncés par des aînés qui ont vu en nous du talent qui tire vers l’expérience. J’ai vu plein de talent aujourd’hui mais pas d’expérience. Je me suis permis de m’approcher certains candidats à qui j’ai apporté des conseils. Il y a un candidat qui était là l’année dernière (Ajame [MÜT 3]), cette année, il a donné 75% de ce qu’il n’a pas donné l’an passé ; et j’ai encouragé. Ils manquent de l’expérience […] Il faut être fou à un certain moment car on est fou, on s’en  fout et on communique sans le savoir ; parce qu’on aime ce qu’on fait […] 

Si je suis membre du jury aujourd’hui c’est parce qu’il y a des aînés qui estiment que j’ai grandi. Ce que je leur dis, c’est qu’ils ont du talent mais si ce talent est mal orienté, ils peuvent se faire dominer par quelqu’un qui a de l’expérience.